Le Temps des Revelations

Coup de coeur :

Depuis que le christianisme est devenu la religion d'état de l'empire Romain, au 4ème siècle de notre, sous le règne de l'empereur Constantin, la répression féroce qui sévissait à l'encontre des premiers chrétiens a fini par s’éteindre totalement.
 
La foi chrétienne, sous l'autorité de l'église de Rome, est alors rapidement devenue la religion dominante dans le monde.
 
Des conquêtes à l'Inquisition, du St Empire Romain germanique à l'Église Bizantine de Constantinople, du Concile de Nicée au Concile Vatican II, le christianisme, au travers de ces différentes obédiences -catholiques principalement puis protestantes, anglicanes, et orthodoxes- a depuis plus de 1500 ans occupé une place majeure dans le panorama religieux de l'humanité et notamment des continents européens, sud et nord-américains, africains et même en partie moyen oriental.
 
Les peuples animistes, les communautés musulmanes et les communautés juives ont eu à subir un lourd tribu du fait de cette domination chrétienne.
 
Pourtant, il y a deux mille ans, Jésus, s'adressant à ses disciples, leur annonça que lorsque l'Heure de la fin des temps approcherait, sa communauté serait malmenée, martyrisée et l'objet d'exaction pour le seul motif de leur foi en Jésus :
 
« Puis il leur dit : Nation se dressera contre nation, royaume contre royaume, et il y aura de grands tremblements de terre, et, dans un lieu après l’autre, des pestes et des disettes ; et il y aura des spectacles terribles et, du ciel, de grands signes. Mais, avant toutes ces choses, ils mettront la main sur vous et vous persécuteront… et vous serez les objets de la haine de tous à cause de mon nom » (Luc 21 : 10 – 17)
 
C'est au lendemain de la folie meurtrière nazie, et de la volonté d'élimination du peuple juifs d'Europe, que la Prophétie de Jésus a commencé de s'accomplir, dans une bonne partie du monde d’abord sous l'autorité du communisme athée, et en Occident sous la houlette d'une libéralisation des esprits et des sociétés conduisant au déclin de l'autorité et de la morale ecclésiastique.
 
Depuis le début du 21ème siècle, et plus précisément à compter de l'acte majeure amorçant le décompte prophétique devant mener à la grande Guerre d'Harmagueddon -soit le 11 septembre 2001-, la religion chrétienne, ses valeurs et les sociétés qui les véhicules, sont devenues la cible d'une nouvelle menace : non pas la religion musulmane en tant que telle mais la volonté d'hégémonie pan-islamiste de mouvements politico-religieux radicaux du monde arabo-musulman….aidé il est vrai par la capitulation totale des élites européennes, trop souvent athées ou agnostiques et incapable de défendre les valeurs ou à tout le moins l’histoire religieuses, des peuples dont elles sont pourtant issues.
 
La victoire du parti des étudiants en religion en Afghanistan, appelé le parti des Talibans, en 1999, à tout d'abord conduit à des mesures de discrimination anti-chrétiennes en Afghanistan puis au Pakistan voisin où les influences de la mouvance islamiste radicale s'est rapidement répandue.
 
L'attentat survenu ce 27 mars 2016 dans un parc d'enfants dans la ville pakistanaise de Lahore, par le fait d'un djihadiste d'al Qaïda et ayant occasionné plus de 70 morts et 300 blessés dont beaucoup d'enfants, atteste de la gravité des menaces qui pèsent aujourd'hui sur la communauté chrétienne d'Afghanistan et du Pakistan.

La communauté chrétienne, certes minoritaire, qui vit en Inde, depuis plus de 1500 ans, est quant à elle menacée, à la fois par les extrémistes musulmans et par les radicaux indous, dont le parti politique représentatif compte aujourd'hui près de 6 millions d'électeurs.
 
Le continent africain n'est hélas pas en reste sur le terrain de la haine anti-chrétienne, en dépit de l’emprise que le catholicisme a pu avoir autrefois et en dépit de la montée en puissance des mouvements évangélistes (qui recueillent aujourd’hui près de 165 millions de fidèles déclarés, toutes églises confondues).
 
La radicalisation des populations musulmanes d'Afrique noire a en effet conduit, en même temps que leur expansion démographique, à l'émergence de mouvements ou partis de gouvernement officiellement hostiles aux populations chrétiennes.
 
Au Soudan, les chrétiens ont dû s'exiler dans le Sud du pays et continuent d'être menacés d'extermination par les forces soudanaises islamiques.
 
Le Nigeria est, depuis plusieurs années maintenant en proie aux attentats, exactions, enlèvements en masse, offensives armées, revendiquées principalement par le mouvement ultra radical islamique Boko Haram, dont l'objectif ultime est d'imposer la Sharia à l'ensemble du Nigeria et qui a, au cours de l’année 2015, prêté allégeance à l’Etat Islamique.
 
Le Mali, également multiconfessionnel et multi ethnique, est passé sous la férule des islamistes radicaux -dont les premières actions ont consisté à imposer la conversion forcée des non-musulmans (animistes et chrétiens)-, avant que l'armée française ne parvienne à rétablir l'ancien gouvernement laïc et chasser du pouvoir les radicaux islamistes qui l'avait pris par la force.
 
Mais c'est sans nul doute au Moyen Orient et sous la férule de l'Etat Islamique ou Daech que la répression anti-chrétienne apparaît la plus terrifiante et confine à un véritable génocide.
 
À leur entrée dans les villes irakiennes de Mossoul et Qaradoch, à l'été 2014, les forces armées de Daech ont imposé aux centaines de milliers de chrétiens un ultimatum clair : quitter la ville en abandonnant tout ou se convertir à l'islam.

En quelques jours plusieurs milliers de chrétiens sont partis se réfugier dans le Kurdistan irakien et plus particulièrement dans sa capitale Erbil.
 
Les zones et villes syriennes passées sous le contrôle de Daech entre l'été 2014 et la fin 2015 ont connues le même sort.
 
Au total, et alors que la présence chrétienne dans cette partie du monde est l’une des plus anciennes, plus de 800.000 chrétiens ont fui l'Irak.
 
Depuis le début de la guerre en Syrie au printemps 2011, près de la moitié des 2 millions de chrétiens se sont enfuis et vivent aujourd’hui dans des camps de réfugiés dans les pays voisins lorsqu'ils n'ont pas eu la chance d'être accueillis en France ou en Europe.

Comme un signe avant-coureur, préalablement à l’avènement du Califat de l’Etat Islamique et à la suite de la victoire en Egypte, du parti des frères musulmans fin 2011, sous la présidence de Mohammed Morsi, la communauté copte a été l’objets d’exactions, de mesures discriminatoires et d’attentats contre leurs lieux de culte.
 
En Libye, l'effondrement du régime totalitaire mais laïc du colonel Kadhafi, sous les bombardements de l'armée française, a permis aux organisations salafistes et djihadistes d’occuper le terrain et de s'implanter. L’Etat Islamique est ainsi parvenue à étendre son influence sur la Libye, désormais utilisée comme base arrière à ses objectifs de déstabilisation (par la technique des flots migratoires) puis de conquête de l'Europe chrétienne.
 
L'enlèvement et la décapitation de 21 coptes en février 2016, pour le seul fait d'être copte ou plus simplement chrétien, illustre tout à la fois la réalité de la situation en Libye et sonne comme un écho aux conditions imposées en Egypte sous le régime des islamistes radicaux.
 
Au final, et il ne s’agit surement là que d’un début, le nouveau martyr des chrétiens apparait donc bien comme l’une des facettes incontournables de la Grande guerre d’Harmagueddon qui se présente tout à la fois comme une guerre de religion, de classe, de communauté mais plus largement aussi comme une guerre de civilisation.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé

Méthode et Disclaimer

 

Les résultats publiés ici ont été obtenus via le logiciel Elihu Rips sur la base du texte hébraïque dépourvu de ponctuation (texte non massorétique).

Toutes les images et les textes sont la propriété de leur auteur.

Restons connectés

Soyez informés des nouvelles découvertes faites dans la Bible !