Le Temps des Revelations

Disclaimer Photo

Les photos publiées ici ne servent qu'à illustrer les articles du blog. Elles ne sont nullement monétisées et restent la propriété exclusive de leur auteur respectif.

Les auteurs de ce blog les trouvent sur le net, via un célèbre moteur de recherche, et ne peuvent matériellement demander les autorisations aux ayants droits.

Cependant, ils s'engagent à retirer toute photo dans les meilleurs délais sur simple demande par mail : retraitphoto@apocalypsis.info

et remercient d'avance les photographes pour leur compréhension et indulgence.

Coup de coeur :

 

Pour la première fois depuis le Pape Célestin V, en 1294 de notre ère, un Pape, vieillissant et affaibli par son état de santé, faisait le constat courageux de son incapacité à poursuivre sa mission sacerdotale et en annonçait le terme, dans l’intérêt même de l’Eglise.
 
Ce terme prématuré au pontificat de Benoît XVI a immédiatement ressuscité l’intérêt de beaucoup pour la Prophétie des Papes attribuée à un dénommé St Malachie.
 
 

Les origines

 
Attribué à un Evêque irlandais du nom de Malachie, qui aurait vécu en France au 12ème siècle, la « Prophétie des Papes » est consignée dans un texte écrit en latin intitulé « Prophetia S. Malachiae, Archiepiscopi, de Summis Pontificibus », comportant 111 devises successives, publié en 1595 par un dénommé Arnold de Wyon, moine bénédictin et éditeur vénitien dans le cadre d’un volumineux ouvrage intitulé « Lignum vitae, Ornamentum et decus Ecclesiae ».
 
Ce texte, très décrié depuis le 16ème siècle, reprend une acuité toute particulière à la faveur du renoncement de Benoît XVI et de l’avènement d’un nouveau Pape. La raison en est très simple : chronologiquement, Benoît XVI apparait comme étant le 111ème Pape, c’est le dernier sur la liste des devises, et la fin de son pontificat annoncerait donc l’accomplissement de la dernière prophétie : « In persecutione extrema sacrae romanae ecclesiae sedebit Petrus romanus, qui pascet oves in multis tribulationibus ; quibus transactis, civitas septi-collis diruetor ; et judex tremendus judicabit populum suun » (= « Dans la dernière persécution de la sainte église romaine, le siège sera occupé par Pierre le romain, qui fera paître les ouailles au milieu de grandes tribulations ; après quoi, la ville des sept collines sera détruite et un juge terrible jugera son peuple »).
 
Ainsi, moins de trois mois après la date fatidique du 21 Décembre 2012, réputée amorcer une période de renouveau, marquée par la Fin des Temps et son florilèges de catastrophes, le Renoncement du Pape Benoit XVI renvoi les croyants à un autre oracle présumé, celui de la Prophétie des Papes et de l’avènement du dernier Pape devant assister à la Fin des Temps et aux Tribulations annoncées. Il est vrai que cette concordance temporelle, entre le 21 Décembre 2012, censé marquer la fin d’un Cycle long du calendrier Maya – et non comme beaucoup l’ont soutenu par erreur la fin dudit calendrier -, et la fin imprévue et précipitée de celui qui apparaissait comme le dernier Pape de la liste des 111 annoncés par Malachie, donne une sorte d’écho à chacune de ces deux prophéties et concours à illustrer l’accomplissement des signes devant accompagné la Fin des Temps.
 
Certes, les devises de Malachie ont été particulièrement critiquées et discutées depuis le XVIème siècle, décelant certaines erreurs (s’agissant des Papes antérieurs) dont celle se rapportant au Pape Eugène IV, « Lupa Caelestina » (Louve Célestine), alors que ledit Pape n’aurait pas appartenu à l'ordre des Célestins mais à celui des Augustin. Beaucoup y ont vu une œuvre de commande, faite au moine-éditeur Arnold de Wyon, ou à tout le moins une oeuvre électoraliste destinée à influencer le résultat du conclave de 1590. Ainsi, Ange Manrique, cistercien, professeur de théologie au Collège St Bernard de Salamanque et Grand Prieur de Galatrava, contemporain de Wyon, ne mentionne aucune prophétie dans les papiers de l'évêque irlandais qu'il aurait eu en sa possession.
 
Bernard de Fontaine, Abbé de Clairvaux (1090-1153), contemporain et ami de Malachie, a publié la biographie de ce dernier, peu de temps après sa mort, sans jamais évoquer les prétendues prophéties qu'il aurait écrites. En 1689, le Père jésuite Claude-François Ménestrier (1631-1705) s’étonnait sur le fait que personne n'avait entendu cette prophétie pendant quatre siècles et demi avant sa parution en 1590. Ce même étonnement avait été partagé par l’Abbé de Clairvaux, dont l’ouvrage biographique de Malachie ne fait aucune allusion à ces prophéties, ou par Jean de Salisbury (1115-1180) philosophe et historien anglais devenu Archevêque de Cantorbery et l’Abbé de Cluny Pierre le Vénérable (1092-1156) qui ont travaillé sur l'œuvre de Malachie.
 
Quoiqu’il en soit de ces critiques et contestations, la Prophétie des Papes a continué d’alimenter les discussions à la faveur des élections papales qui se sont succédées et notamment depuis le début du 20ème siècle au fur et à mesure que l’on approchait la fin de la liste des 111 Papes. Il ne fait aucun doute que la mort du Pape Jean Paul II désigné comme le 110ème Pape sur la liste, redonna au texte de Malachie une actualité toute particulière. D’autant, que la mort du Pontife, en 2007, s’inscrivait dans un contexte mondial général lourd de sens. Les Attentats majeurs du 11 Septembre 2001, la guerre en Afganistan qui s’en était suivie et surtout celle menée en Irak sous l’égide des Etats Unis, les risques liées au terrorisme islamique, et sur un autre plan les premiers signes tangibles du dérèglement climatique, participaient pleinement à l’intérêt de nouveau suscité par la Prophétie des Papes.
 
L’élection de celui qui devait répondre à la 111ème devise, la dernière, celle précédent le Pape de la Fin des Temps, coïncidait ainsi avec des évènements tragiques majeurs sur le plan mondial. La crise financière et économique qui frappe l’Europe principalement, et plus généralement l’ensemble des économies développées de la planète, depuis Septembre 2008, son aggravation en 2010 qui menace une partie des pays européens d’effondrement renforce indiscutablement ce sentiment de conjonctions d’évènements majeurs préfigurant l’imminence de cette Fin des Temps. La chute en quelques mois seulement de plusieurs régimes autoritaires laïques dans le monde arabo-musulman (Tunisie, Egypte, Libye, Yémen) et la victoire de partis islamistes, la guerre sévissant en Syrie (ayant à ce jour occasionné plus de 100.000 morts), les menaces de destabilisation pesant sur le Liban et la Jordanie, voire même sur certaines Monarchies du Golfe arabo-persique, le risque d’islamisation radicale de la Syrie et d’une partie de l’Irak et d’une main mise de mouvements sunnites intégristes proches de la mouvance d’Al Qaïda, la course au nucléaire de l’Iran et l’aggravation du conflit israélo-palestinien, finissent d’accréditer cette croyance en l’accomplissement des prophéties apocalyptiques. D’autant que le Livre de la Révélation qui clôture le Nouveau Testament localise la Grande Guerre finale d’Harmaguedon au Moyen Orient et l’associe aux troubles devant agiter cette région à la Fin des Temps :
 
« Le sixième ange fit sonner la trompette : J’entendis une voix venant des cornes de l’autel d’or qui se trouve devant Dieu. Elle disait au sixième ange qui tenait la trompette : « Libère les quatre anges qui sont enchaînés sur le grand fleuve Euphrate » On libéra les quatre anges qui se tenaient prêts pour l’heure, le jour, le mois et l’année où ils devaient mettre à mort le tiers des hommes. Et le nombre des troupes de la cavalerie était : deux myriades de myriades. J’en entendis le nombre. » (Apocalypse 9 :13-16)
 
« Le sixième répandit sa coupe sur le grand fleuve Euphrate : L’eau en fut asséchée pour préparer la voie aux rois qui viennent de l’Orient. Alors, de la bouche du dragon, de la bouche de la bête et de la bouche du faux prophète, je vis sortir trois esprits impurs, tels des grenouilles. Ce sont en effet, des esprits de démons. Ils accomplissent des prodiges et s’en vont trouver les rois du monde entier, Afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu Tout Puissant. (…) Ils les rassemblèrent au lieu qu’on appelle en hébreu Harmaguedon. » (Apocalypse 16 :12-16)
 
L’interprétation précise de ces versets du Livre de l’Apocalypse clôturant le Nouveau Testament (la traduction présentement utilisée étant celle de TOB), excède le champ de cet ouvrage, leur présentation n’ayant en l’espèce pour seul vocation de confirmer que les évènements qui secouent aujourd’hui le Proche et Moyen Orient et plus globalement le monde arabo-musulman sont bibliquement associés à la Fin des Temps. Les prophéties faites par le Prophète arabe Muhammad, fondateur de l’islam, paraissent accréditer la même vision. Ainsi donc, le Renoncement de Benoit XVI apparaît de ce fait comme un signe majeur déterminant ; la correspondance chronologique entre la fin du pontificat du 111ème Pape de la Prophétie et les évènements politiques, économiques et climatiques mondiaux qui se succèdent et s’aggravent depuis 2001, est après tout somme toute logique et cohérente.
 
Et que ce signe majeur survienne trois mois seulement après le 21 Décembre 2012, conforte l’idée selon laquelle le monde est bel et bien entré dans sa dernière phase, et que le dernier cycle long des Mayas qui semble avoir pris fin à la veille de Noël 2012, ouvre effectivement la voie à ce que tous les textes religieux du monde décrive comme la Fin des Temps, qui n’est bien évidemment pas la Fin du Monde, mais la Fin d’un cycle de plusieurs millénaires. Le nouveau Pape élu est-il donc celui qui, aux dires de Malachie, devra affronter les dernières tribulations de la Fin des Temps et assister à l’effondrement du Vatican et la destruction de Rome ?
 
C’est notamment à cette réflexion que la présente série d'article est consacrée.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé

Méthode et Disclaimer

 

Les résultats publiés ici ont été obtenus via le logiciel Elihu Rips sur la base du texte hébraïque dépourvu de ponctuation (texte non massorétique).

Toutes les images et les textes sont la propriété de leur auteur.

Restons connectés

Soyez informés des nouvelles découvertes faites dans la Bible !